Ne pas s’amuser, c’est mauvais pour le business.

Histoire précédente Histoire suivante

Le Love derrière l’esprit d’entreprise de Axel Moorkens

Entreprendre, c’est se lever de bonne humeur le matin et y croire depuis la première minute. Redoubler d’efforts quand ça va un peu moins, mais toujours avec la même pêche. Ce plaisir déteint sur vos collaborateurs, il donne envie de travailler. Et il déteint aussi sur vos enfants. Car avant d’apprendre à entreprendre, vous devez apprendre à être heureux.

Plutôt transmettre que posséder.

Je ne connais rien aux sociétés cotées en bourse, mais les familles, ça, je connais. C’est avec elles qu’on passe les étés, les fêtes et des tas de moments fabuleux, mais parfois aussi difficiles. Ce que l’on partage ainsi, cette affection, c’est inscrit dans l’ADN de notre entreprise.

Aujourd’hui, la famille est le summum de ce qu’un être humain peut posséder. Un « unified shareholder » qui poursuit un seul et même but: transmettre quelque chose de beau à nos enfants. Quelque chose que nous avons nous-même reçu, et que nous voulons leur léguer plus tard en meilleur état encore.

Seul ce qui a du sens a de la valeur.

L’argent est important, mais pas aussi important que le « sens ». La plus-value que votre produit représente pour votre client. L’objectif derrière lequel les actionnaires se rangent. Et le bénéfice qui permet à votre entreprise de grandir et d’innover. Celui qui réussit à équilibrer ces trois éléments a de l’avenir. Voilà pourquoi nous n’estimons la valeur des parts de notre entreprise qu’une fois par an. Le reste de l’année, nous poursuivons notre travail.

La Belgique est un pays fantastique pour entreprendre. Il y a des moyens, des gens compétents ET des entreprises incroyables… pour peu qu’on leur laisse la marge de manœuvre nécessaire pour se déployer. Nous sommes capables de beaucoup de choses, mais nous ne nous en rendons pas toujours compte, alors que nous sommes souvent un modèle pour les entreprises étrangères.

À propos de Axel Moorkens

  • Il a pris en 2015 la relève de son oncle Dominique Moorkens à la présidence du Conseil d’Administration (jusqu’en 2018)
  • Il est Co-CEO depuis 2018 d’Alcopa Group, une société d’investissement de type «familial» qui comprend 12 entreprises
L’intuition est ma plus grande force. Et ma plus grande faiblesse.

Si je suis CEO aujourd’hui, ce n’est pas parce que je suis un gars super intelligent ou un visionnaire, mais parce que j’excelle à mettre les gens ensemble. À réunir les bonnes personnes et à faire en sorte qu’elles donnent le meilleur d’elles-mêmes. En leur offrant des responsabilités, un rêve à partager et le droit de se planter. Même cela, nous le faisons en équipe.

Cela peut paraître un tantinet naïf, mais on peut aller loin avec un peu de passion et un peu de créativité. Et de préférence un peu de réflexion aussi, bien sûr, mais pas trop. Quand on réfléchit trop, on ne décide rien. C’est comme le mariage et le fait d’avoir des enfants. On ne s’y risque pas lorsqu’on réfléchit trop. C’est pareil pour entreprendre: je pars de mon intuition et je m’entoure de gens qui analysent la situation. Assez souvent, nous arrivons à la même conclusion. Donc, de mon point de vue, c’est surtout cette équipe-là qui mérite d’être applaudie.

Les entrepreneurs passionnés renforcent l'économie et la société belges.

Ils méritent tous nos éloges. Et notre Love.

Chez Belfius, nous soutenons plus que jamais les entrepreneurs belges.

Découvrez d'autres histoires

Les femmes ont la fibre entrepreneuriale dans le sang.

Découvrez son Love d'entreprendre Lire son histoire

On peut devenir entrepreneur, mais on naît entreprenant.

Découvrez son Love d'entreprendre Lire son histoire