Un mentor vaut plus que tous les cours de leadership.

Histoire précédente Histoire suivante

Le Love derrière l’esprit d’entreprise de Jo Van Moer

Entreprendre, ça peut vous donner des ailes, tout comme ça peut aussi vous faire toucher le fond. Un jour, mon entreprise a connu un terrible incendie : ça a été violent, mais pas insurmontable. Plus tard, j’ai été confronté au décès de mon bras droit et meilleur ami depuis des années : une épreuve cruelle. Heureusement, les mêmes personnes sont toujours là pour m’aider à rester debout : mes parents, ma femme et les collaborateurs de mon entreprise.

Rester debout, c’est une chose, mais rester inspiré, c’en est une autre, et ça, je le dois à mon mentor. Chaque entrepreneur devrait en avoir un. Quelqu’un qui connaît les ficelles du métier et qui partage avec vous son instinct de la réussite. La connivence que j’entretiens avec lui vaut plus que n’importe quelle formation au monde.

Aux clients, je dis oui. Aux repreneurs, je dis non.

Dire non à un client, c’est laisser passer une opportunité. Un chargement en plus en last minute ? Oui ! Au besoin, je travaille la nuit pour remplir des conteneurs. En fin de compte, c’est simple : quand j’aide mes clients à se développer, j’assure aussi mon propre développement.

Une seule fois, j’ai dit non. En 2008, nous étions au bord de la faillite. Nous avions hypothéqué notre maison et avions des dettes à hauteur de plusieurs millions. Quelqu’un nous a fait une offre. L’accepter aurait fait disparaitre nos soucis d’un seul coup. J’ai dit non, car mon entreprise est bien trop précieuse pour moi.

La position hiérarchique n’a pas d’importance.

Mon plus grand plaisir ? Être sur les quais à 6 heures du matin avec les hommes. Ma fierté, c’est d’être l’un des leurs.

Quand on est un self-made man, au début, on se préoccupe surtout de l’existence de son entreprise. Au fur et à mesure que je me suis développé, je me suis entouré de plus en plus de personnes. Et dans ce processus, chacun a un rôle à jouer. Mes managers me permettent d’être proche des gens. Car le temps que je ne consacre pas à la gestion, je peux le passer sur le terrain, pour prendre le pouls au cœur même de l’entreprise.

Les recommandations que je reçois de mon Conseil d’Administration et de mes managers valent de l’or, mais quand il s’agit de prendre des décisions, c’est toujours mon instinct qui prime.

À propos de Jo Van Moer

  • En 1990, avec son épouse Anne, il fonde Van Moer Logistics
  • Il étend l’activité de transport par camion à des solutions logistiques intégrant la navigation intérieure et des terminaux à conteneurs
  • Il développe son entreprise qui compte aujourd’hui 1.650 collaborateurs
  • Il est élu « Personnalité maritime de l’année 2019 »
La sincérité est un talent.

Quand on entreprend, on aime prendre des risques. Et ça ne fonctionne que si on peut faire confiance aux gens. J’attache beaucoup d’importance à la sincérité : une qualité qui ne s’apprend pas. Pour moi, le diplôme n’est jamais déterminant : celui qui me regarde droit dans les yeux a d’office un avantage.

Traditionnellement, nous prenons un verre tous les vendredis soir. C’est l’occasion de discuter de certaines choses qu’on n’aborde peut-être pas lors des réunions. Tant que mes collaborateurs continueront à me tirer par la manche et que je serai leur soutien, je resterai l’entrepreneur le plus heureux du monde. De temps à autre, être soi-même un mentor peut être extrêmement gratifiant.

Les entrepreneurs passionnés renforcent l'économie et la société belges.

Ils méritent tous nos éloges. Et notre Love.

Chez Belfius, nous soutenons plus que jamais les entrepreneurs belges.

Découvrez d'autres histoires

En route vers une société numérique durable!

Découvrez son Love d'entreprendre Lire son histoire

Nous ne voulons pas seulement être les meilleurs au monde. Nous voulons être les meilleurs pour le monde.

Découvrez son Love d'entreprendre Lire son histoire