Le Love derrière l’esprit d’entreprise de Virginie Dufrasne

Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais.

Je me suis retrouvée à la tête de Lixon à 25 ans, un peu par hasard. Quand je regarde en arrière, je me dis que c’était un pari un peu fou. Et pourtant, je ne regrette absolument pas. Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas une seconde!

Ça n’a jamais été une évidence pour moi de reprendre l’entreprise. Mon père parlait très peu travail à la maison, et il avait tendance à dire que le secteur de la construction est quand même stressant. Je me suis orientée vers des études en science éco, parce que c’est une formation très large. J’ai ensuite débuté ma carrière en tant que consultante chez Mc Kinsey.

Un jour, mon père m’a demandé de réaliser une étude RH comme je le faisais à l’époque. Après une semaine de boulot dans l’entreprise familiale, les gens m’ont demandé quelle était la suite et si ça m’intéresserait de prendre la succession. Mon père avait alors 63 ans, on en a discuté et voilà… J’avoue que je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais.

Le monde de la construction est un monde viril, mais pas macho.

On me demande souvent s’il est difficile pour une jeune femme d’être à la tête d’une entreprise de construction, dans un secteur a priori plutôt masculin. En fait, cette question révèle une vision hyper stéréotypée du secteur. Le monde de la construction est un monde viril, mais pas macho. Je connais peu de gens qui ont plus de respect pour les femmes que les gens qui travaillent dans le bâtiment. Ce sont des personnalités très authentiques. Sur chantier, on dit les choses, sans artifice. C’est la vraie vie!

On a tous à apprendre de l’autre.

Si je suis venue chez Lixon, au départ, c’était pour ma famille. Maintenant, si j’y reste, c’est pour les gens qui sont devenus ma famille. Chez Lixon, j’ai pu constater que le terme ‘entreprise familiale’ avait tout son sens. Car des générations entières s’y sont succédé. C’est ça qui a permis de perpétuer le savoir-faire, de génération en génération, depuis plus de 100 ans et de transmettre les valeurs de notre ADN.

J’ai énormément appris des plus anciens de l’entreprise. Au début, ils m’ont accueillie à bras ouverts et m’ont beaucoup appris. Ils incarnaient mieux que moi les valeurs de la société. Et en même temps, ils étaient très curieux de découvrir ce que je voulais apporter: de nouvelles idées, un plus grand sens de l’expérimentation. L’équilibre parfait dans une entreprise selon moi, c’est la bonne combinaison entre anciens et nouveaux. On a tous à apprendre de l’autre.

À propos de Virginie Dufrasne

  • Bac en économie aux Facultés Universitaires Saint-Louis

  • Master en management à la Louvain School of Management

  • De 2007 à 2010: Business analyst chez Mc Kinsey

  • Entre chez Lixon en 2010

  • Prend la tête de l’entreprise en 2011

Les entrepreneurs passionnés renforcent l'économie et la société belges.

Ils méritent tous nos éloges. Et notre Love.

Chez Belfius, nous soutenons plus que jamais les entrepreneurs belges.

Découvrez
d'autres histoires

Ne pas s’amuser, c’est mauvais pour le business.

Les ressources naturelles d'ici fonctionnent parfois mieux que les curiosités exotiques rares.

Nous voulons être le sommelier du cinéma.